Categories

Accueil > En attendant un classement > Non aux jeux olympiques de 2012 à Paris

1er mars 2005
Loïc Dayot

Non aux jeux olympiques de 2012 à Paris

Depuis quelques temps, je me sens un peu moins seul à m’opposer à la tenue des jeux olympiques à Paris en 2012. A force d’échanger des propos, certains arguments portent.

Quelles valeurs sont véhiculées par les jeux olympiques ?

C’est d’abord une histoire de gros sous : sponsors, droit de diffusion, publicité et consommation ; et pas une histoire de sports.

C’est le culte de l’exception, de la performance (jusqu’à forcer les athlètes à se transformer en machines à haut rendement, sans lendemain). La triche est interdite mais vivement recommandée. L’étoile brille un instant, c’est sa raison de vivre.

C’est bien sûr la compétition. Les ultra-libéraux doivent être aux anges, et pourtant, on peut aimer le sport sans avoir envie/besoin de compétition. La compétition, c’est dépasser le voisin, être meilleur. Et qu’en pense le voisin ? Et combien gagnent alors que tous les autres perdent ? Il y a d’autres façons de vivre le sport, qui n’empêchent pas le désir de se surpasser, mais donne un autre plaisir que celui de gagner, c’est de jouer, de se sentir bien...

C’est le nationalisme triomphant (“on a gagné, on a gagné”), alors que c’est machin qui a gagné, pas le spectateur. Je n’ai jamais voté pour déléguer à machin (sans doute quelqu’un de très bien) de représenter mon pays à cette manifestation. Qui n’a jamais vécu une soirée football à la télévision et constaté le chauvinisme mauvais (« vas-y, écrase le... ») de nombreux téléspectateurs.

Après discussion, de nombreuses personnes sont encore favorables et rétorquent que le pays, la région, le département, la ville, l’entreprise va bénéficier des retombées économiques locales, notamment en faveur des infrastructures de transport. Qu’à cela ne tienne, pourquoi attendre les JO (jeux olympiques) pour investir dans le développement local ? Est-ce que de toute façon, ce ne sont pas les habitants qui payent finalement ? Comme Philippe Val le soulignait dans une de ses chroniques radiophoniques, n’est-ce pas là une démonstration de l’attentisme des politiques, suspendus à la décision du CIO (comité international olympique), plutôt que de définir leur action en fonction des besoins du territoire ?

Et puis, s’il fallait un prétexte au développement local, pourquoi ne pas organiser une manifestation plus en accord avec des valeurs humanistes. Une exposition universelle par exemple, l’expo Image 2004... Mais nos politiques font d’autres choix.

Voici une petite collection d’articles d’opposants aux jeux olympiques à Paris ou ailleurs, glanés sur le Web.

- Non aux jeux olympiques ! Un autocollant pour dire simplement "nooooon !" aux JO...
- Le sport, c’est la guerre - Géopolitique des Jeux olympiques par Pascal Boniface pour Le Monde Diplomatique
- Halte aux Jeux, Ed. Stock par Albert Jacquard
- Les arrière-pensées réactionnaires du sport par Frédéric Baillette
- Jeux olympiques - NON à la candidature de Paris 2012 - Non, le consensus n’est pas total

Commentaires

1 Message

Répondre à cet article